Archives mensuelles de avril, 2011

At the event Spring Fling (Malmenage du printemps), I will be facilitating a workshop called « To Weep, To Sigh, Perchance to Beam: The Role of Pain in BDSM Scenes » (see details on their website). Here is the description:

To Weep, To Sigh, Perchance To Beam
The Role of Pain in BDSM Scenes

Pain is a natural sensory or emotional response to unpleasant or potentially harmful situations. As animals, we are wired to avoid pain at all costs in order to stay alive and healthy. However, some of us human beings seek pain or, at least, pursue activities where pain is part of the game–activities such as those included in BDSM but also ranging from extreme sports to self-mutilation. There are those who simply accept pain as necessary evil, as a means to access fulfilling states. For some, pain is part of a regular play diet; for others, pain is the occasional name of the game. This workshop is for those who want to reflect about pain in all its expressions, within play or within a relationship. We will discuss the mechanisms of pain, from the initial response to the unbearable, with a strong emphasis on the multiple ways, means and motivations to processing pain within oneself or someone else—or not. This seminar is appropriate for all levels, from novice to extreme players.

(Version française.)

Publicités

Dans le cadre de l’événement Malmenage du printemps (Spring Fling), je vais donner un atelier intitulé «Souffrir, fléchir, s’envoler peut-être: Le rôle de la douleur dans les scènes BDSM» (voir la description sur le site de l’événement). En voici la description:

Souffrir, fléchir, s’envoler peut-être
Le rôle de la douleur dans les scènes BDSM

La douleur est une réponse naturelle des sens et des émotions à une situation déplaisante ou potentiellement dommageable. En tant qu’animaux, nous sommes programmés pour éviter la douleur à tout prix afin de demeurer en vie et en santé. Cependant, certaines, certains d’entre nous êtres humains recherchons la douleur ou, du moins, nous livrons a des activités où la douleur fait partie des règles du jeu – des pratiques telles que celles qui sont associées au BDSM, mais aussi d’autres activités allant des sports extrêmes à l’automutilation. Il arrive qu’on accepte la douleur comme un mal nécessaire, comme un moyen d’accéder à un état d’esprit gratifiant. Pour les unes, les uns, la douleur fait partie d’un mode de jeu équilibré; pour d’autres, elle est une pratique occasionnelle. Cet atelier est destiné à celles et ceux qui souhaitent s’interroger sur la douleur et ses multiples expressions, au sein du jeu ou comme élément d’une relation. Nous discuterons des mécanismes de la douleur, depuis la première réaction jusqu’à l’insoutenable, en mettant l’accent sur les multiples façons, moyens et raisons de gérer la douleur à l’intérieur de soi ou chez l’autre – ou non. Ce séminaire s’adresse à des participantes et participants de divers niveaux, des plus novices aux plus extrêmes.

(English version.)